De la veste de pluie au sac de sport.



Guidage vocal

De la veste de pluie au sac de sport Comment les tenues postales vivent une seconde vie grâce à la BEWO et à la CRS

En qualité de partenaire logistique, la Poste assume sa part de responsabilité sociétale et environnementale et s’engage, entre autres, en faveur de l’extension de l’économie circulaire. En interne, elle s’attache également à créer des cycles. À l’exemple des tenues postales. Mais qu’advient-il des tenues postales usagées, mais toujours encore intactes? Nous avons approfondi cette question et visité pas moins de deux exploitations.

Blouses jaunes, vestes polaires grises et blousons bleu-jaune – la tenue des employés de la Poste est reconnaissable partout. Le problème? La protection des marques constitue un défi lors du recyclage des tenues. «Sinon, les particuliers peuvent se faire passer pour des postiers», nous explique Antonia Stalder, spécialiste Corporate Responsibility à la Poste. C’est à cet égard que des solutions innovantes ont été recherchées pour pouvoir néanmoins recycler les tenues postales.

Les vestes sont transformées en des produits de haute qualité.

Le cor postal fait la différence

Le cor postal brodé sur les pantalons, blouses et gilets de la tenue postale a toujours posé un problème jusque-là. La Poste a ainsi demandé à ce que le cor soit brodé sur un petit badge. Ce dernier est cousu sur la pièce de vêtement et peut être ainsi détaché sans problème. La tenue peut alors être revendue à des particuliers.

C’est la Croix-Rouge Suisse qui s’en charge. «Nous recevons régulièrement de grands chariots remplis de tenues de travail de la Poste», nous append Berk Yesin, administrateur de La Trouvaille à Berne. «Nous les trions ensuite en fonction de leur état et de leur catégorie.» Des collaborateurs de la CRS ainsi que des demandeurs d’emploi du Centre de compétences Travail s’occupent ensuite de détacher le cor postal. Alors que les meilleures marchandises sont vendues dans les magasins de seconde main de la CRS à des prix avantageux, les marchandises présentant encore un bon niveau de qualité avec des défauts mineurs sont offertes notamment aux familles de paysans de montagne suisses.

«Avec la Poste, nous pouvons ainsi recycler plus de 10 tonnes de vêtements par an.» Et le produit? «Il est affecté aux projets de la CRS dans le domaine de la formation, de la santé et de l’intégration.»

  • Veste de pluie ayant fait peau neuve

    Pour les vestes de pluie et les vestes polaires, le problème en matière de protection des marques est, d’une part, le branding imprimé et non détachable et, d’autre part, la combinaison de couleurs typique. C’est la raison pour laquelle les vestes font l’objet d’un recyclage d’une nature particulière.

«L’upcycling est le mot-clé.», nous dit Hakan Kurtogullari de la société coopérative BEWO en présentant l’une des vestes de la Poste. «Cette veste est transformée en un nouveau produit de qualité.» Les vestes de pluie deviennent des sacs de sport modernes, et les vestes polaires des sacoches pour ordinateurs portables.

Ces produits sont ensuite vendus dans la boutique en ligne de la coopérative BEWO. Hakan Kurtogullari précise que l’initiative est bien accueillie: «Les clients sont enthousiasmés par l’idée et le style particulier. Le sac de sport tout particulièrement fait un tabac.»

  • Une économie circulaire vécue

    La Poste est particulièrement fière de ce projet, révèle Antonia Stalder. «Car ainsi, la Poste peut boucler le cycle qui va de la production équitable au surcyclage à la BEWO, en passant par la remise à la CRS.» Et, dans le même temps, elle peut également faire plaisir à d’autres personnes. «La tenue de travail nous a toujours rendu un grand service. C’est bien qu’elle serve maintenant à d’autres personnes.»

    Une femme coud une veste de pluie.